La peur d'écrire a cent visages
juillet 4th, 2017 par JérômeDuez

Si vous avez du mal à écrire librement, de manière fluide, ces lignes vous concernent.

Ils vous font rêver, ces individus dont les doigts courent sur le clavier, sans s’arrêter, comme si les mots venaient en toute simplicité. Ils vous semblent doués d’un pouvoir inné…

Bonne nouvelle, je vais vous donner de bonnes raisons de vous détromper !

Il est possible pour chacun d’écrire aussi librement. Afin d’y parvenir, il s’agit d’abord de regarder en face la cause de votre blocage, au moment de rédiger quoi que ce soit.

Je ne vous promets pas que cette première étape soit agréable, parce qu’il faut bien appeler les choses par leur nom… Or, le nom adéquat à la situation est plutôt glaçant…

C’est le mot PEUR.

Cette peur qui paralyse l’écriture est présente chez un grand nombre de personnes. En fait, il ne s’agit pas d’une peur, mais d’une multitude de peurs. À vous de reconnaître la vôtre.

Et tout de suite après ce passage anxiogène, je vous promets une récompense.

Les cent visages de la peur d’écrire

En vrai, je ne me suis pas amusé à compter, mais j’imagine que la peur a au moins cent visages. Ce ne sont pas les mêmes pour chacun. Je vais vous en présenter quelques-uns.

(Avertissement : à la lecture de l’exposé suivant, des personnes sensibles sont susceptibles d’être victimes de malaise ou de manifestations physiques indésirables : sueurs froides, suffocations, désordre cardiaque, irritations cutanées, etc. Afin d’éviter tout désagrément, je les prie de bien vouloir gagner le chapitre suivant, que j’assure chaleureux et bienveillant.)

Voici donc, disais-je, différents visages hideux. Je vais me limiter à vous en montrer cinq. À vous de voir lequel vous effraie le plus :

La peur du jugement, peur du regard d’autrui sur vos écrits. Le trac avant d’écrire ! Comme si le fait d’écrire « Veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées » allaient révéler un secret intime…

La peur de réaliser un texte truffé de fautes. C’est vrai que ça fait sale, et qu’il n’est pas question de laisser sortir un texte dans cette tenue ! De là à s’interdire d’écrire…

La peur de la panne d’inspiration, dite « angoisse de la page blanche« . Si cela vous est déjà arrivé, vu qu’il s’agit d’un chapitre véritablement terrifiant dans la vie d’un être humain, jamais plus vous ne voulez éprouver ce sentiment d’infinie solitude et de détresse…

La peur de manquer de style, une peur qui vous incite à copier à droite à gauche, sans jamais connaître la satisfaction de vous affirmer. C’est trop triste !

La peur de manquer d’organisation. Une idée en entraîne une autre, et encore une autre, aïe aïe aïe ! Vous ignorez comment aligner toutes ces idées qui vous encombrent rapidement, jusqu’à saturation. Autant ne pas commencer à réfléchir !

Toutefois, souvent, l’écriture demeure une obligation dans la vie professionnelle. Une obligation à laquelle il faut se plier. Cette obligation (j’écris ce mot pour la troisième fois ; là, vous retiendrez, j’espère !) suppose un défi : surmonter sa peur d’écrire !

L’autre côté du voile

Oui, parce qu’il ne faut pas croire que la planète est divisée en deux parties : celle des gens sans peur d’écrire, et celle des super-trouillards.

Non, la vérité, c’est que tout le monde a peur des défis. Aller vers l’autre, aller vers l’inconnu, physiquement ou par écrit, ce sont de sacrés défis !

Cependant, le monde peut quand même être divisé en deux parties : celles des gens qui se laissent envahir par leur peur ; et celle des gens qui savent la dominer.

Beaucoup arrivent à la surmonter, vous en connaissez sûrement autour de vous.

Il est possible de composer avec la peur. Cela devient même facile, à partir du moment où vous comprenez le principe simple qui suit. 

Ce principe est limpide et vous l’avez déjà entendu. Mais pour une fois, prenez le temps de vous arrêter, et d’accepter son sens pour pouvoir l’intégrer. Le voici :

Quelle que soit votre peur, celle-ci est infondée.

Comme le dit Guy Finley, un auteur dont la lecture m’a fait un bien fou (je conseille particulièrement « Pensées pour lâcher prise »), la peur est un effet spécial produit par le cerveau. C’est toujours une illusion par rapport à la réalité du moment. C’est l’appréhension d’un moment qui n’existe qu’en esprit. C’est comme un voile peuplé de monstres et de fantômes, qui aveugle et paralyse.

Mais, dès que nous nous recentrons sur l’ici et maintenant, grâce à des exercices simples que Guy Finley propose dans son livre, le voile disparaît et fait place à une vue dégagée sur une route bien tracée.

Le plus beau, c’est qu’à présent, vous n’avez pas besoin de vivre une retraite de plusieurs années dans un monastère pour atteindre cet état prodigieux : vous avez des outils et des livres efficaces pour vous aider et vous soutenir.

Oui, il existe des moyens simples pour se libérer ! Commencez par accepter l’idée de leur existence, de leur efficacité et de leur accessibilité. N’en doutez pas !

Voici quelques pistes pour laisser derrière vous votre peur d’écrire.

Surmonter l’ensemble de vos peurs

La peur d’écrire est souvent révélatrice d’autres peurs, plus enfouies. Êtes-vous décidé.e à les apprivoiser ? Dans ce cas, il se peut que la lecture d’un auteur spécialiste du développement personnel ou de la spiritualité vous aide.

En revanche, s’il est trop dur pour vous de mener la bataille en solitaire, c’est vers un coach qu’il convient de vous tourner.

Si vous souhaitez simplement vaincre la peur d’écrire, ruez-vous sur « Osez l’écriture ! », mon petit livret à télécharger gratuitement.

Trouver l’inspiration

L’inspiration créatrice n’est pas utile dans les écrits professionnels. Donc, le frein à l’écriture n’est jamais imputable à un manque d’idée, mais au fait que vous vous interdisez d’exprimer votre point de vue.

Ainsi, le syndrome de la page blanche n’est pas une peur, mais la résultante de la peur. Quand vous aurez atteint la bonne distance vis-à-vis de votre peur, vous serez en pleine possession de votre discours. 

L’important est de ne pas vous déprécier, avec des pensées du genre « je n’ai jamais d’idées » ou « je n’ai aucun style ».

Vous parviendrez à évacuer la peur de manquer de style, quand vous prendrez conscience de deux vérités.

La première est que vous avez une façon particulière de parler. Donc, à l’oral, vous avez un style.

Je vous conseille de commencer par utiliser un dictaphone pour vous enregistrer. La retranscription vous mettra face à votre style. Toucher du doigt cette réalité vous étonnera positivement.

Si votre style vous choque en vous écoutant parler, vous progresserez plus rapidement en soignant votre style à l’oral ; et votre écriture en bénéficiera forcément.

La seconde vérité est que les effets de style ne sont pas souhaités dans les écrits professionnels. On doit s’en passer ! De ce fait, écrire dans le cadre du travail est souvent plus simple pour ceux qui n’ont pas d’affinité avec la littérature.

Résoudre des problèmes techniques

Pour résoudre les problèmes d’orthographe et de grammaire, vous pouvez vous équiper d’un logiciel performant, facile à manier, qui détecte la moindre faute de français. J’en mentionne un ici et ici.

Sachez que rédiger et corriger sont deux activités différentes. Beaucoup de grands auteurs font des fautes, car ils concentrent leurs efforts sur la beauté des mots, non sur les règles qui les lient.

Par conséquent, quand vous écrivez le premier jet, ne vous souciez jamais du français. Laissez filer comme ça vient. Et seulement une fois que c’est fini, faites appel à votre compétence de correcteur, ou confiez ce travail à quelqu’un d’autre, après avoir corrigé le principal grâce à une appli.

Dernier conseil au sujet du français : si vous avez une mémoire photographique, mettez-la à profit en lisant plus souvent. Cela vous amènera à mémoriser l’orthographe des mots.

Quant à savoir mettre en forme vos propos, trouver un plan pour aligner le discours, c’est une question de technique. Elle est simple, mais, étonnamment, peu de gens la connaissent. Je vous transmets cette technique dans mon ouvrage indispensable : « Organiser ses idées, structurer ses propos ».

Enfin, dernier conseil : prêtez-vous à l’exercice de manière récurrente. Plus vous écrirez, plus cela sera simple. Écrire est une gymnastique comme les autres. Et comme dans toute gymnastique, les progrès sont mesurables : vous allez constater que vous écrivez mieux et avec plus d’aisance.

Alors, bientôt, très bientôt, ce sera à votre tour de faire courir vos doigts sur le clavier à une vitesse impressionnante !

 

Si ce billet vous a plu, partagez ou… Si vous aimez ce billet, faites un geste !


Publié dans Conseil Marqué avec : , , , , ,

maîtriser le plan pour être plus clair et concis
juin 13th, 2017 par JérômeDuez

La réussite d’un écrit professionnel repose principalement sur la réussite du plan.

Autrefois, écrire était élitiste et la qualité du style comptait beaucoup plus. Le bon style confirmait et soulignait le bon rang du signataire.

Aujourd’hui, avec Internet, l’écriture s’est démocratisée et désacralisée. Par conséquent, quand un texte contient des informations de qualité et suit un bon plan, le lecteur devient moins regardant sur le style.

Pourquoi un bon plan est-il si important ?

Les atouts d’un bon plan de texte sont multiples. Pour le rédacteur ou la rédactrice :

– C’est un cadre auquel se raccrocher avec la certitude d’aller dans le bon sens.

– Un plan détaillé offre une collection de repères qui nous éclairent à tout moment sur la voie de la rédaction.

– Suivre un plan protège chacun.e contre ses propres écarts.

– Un bon plan est le meilleur moyen pour accrocher la ou le destinataire, et pour maintenir son attention en éveil.

Au lecteur ou à la lectrice, la visibilité d’un bon plan offre plusieurs types de conforts. Principalement :

– Un confort de survol : la direction que suit le texte est visible au premier coup d’œil sur les intertitres.

– Un confort de lecture : des propos correctement morcelés sont plus faciles à comprendre et à retenir.

En somme, être compétent en matière de plan, c’est être mieux armé pour communiquer au quotidien.

La maîtrise du plan libère la rédaction

J’ai animé plusieurs centaines de formations aux écrits professionnels, et j’ai pu observer de nombreuses fois le phénomène suivant.

Des personnes souffrent de blocages qui les empêchent de développer leur propos aussi bien qu’elles le voudraient. Pourtant, elles savent écrire ; mais elles se croient victimes d’un problème insoluble, car remontant à l’enfance et à leur découverte de la lecture et de l’écriture.

Soudain, en formation, elles se découvrent capables de maîtriser les écrits professionnels, et le vérifient le jour même, en se concentrant uniquement sur le plan. Car la réflexion sur la structure du texte facilite l’enchaînement des idées et, ensuite, l’écriture coule de source.

Ainsi, souvent, un simple apport technique peut aider à libérer l’expression écrite.

La clé pour réussir les plans de vos écrits professionnels

Si vous avez des difficultés à trouver le plan de vos textes, la suite va vous intéresser.

Créer un plan n’a rien d’un exercice littéraire. Il est question de construction, de structure, d’enchaînements logiques…

À la limite, vous pouvez considérer votre texte comme un tableau de bord, composé des quelques boutons (une dizaine tout au plus), sur lesquels appuyer en suivant un ordre précis. C’est à la portée de tous.

J’ai écrit « Organiser ses idées, structurer ses propos », afin que, à votre tour, vous puissiez acquérir cette compétence.

L’ouvrage détaille l’ensemble des questions à vous poser et des repères méthodologiques, pour vous approprier les techniques.

Quand vous aurez expérimenté la méthode simple proposée dans ce livre, réaliser un plan se fera naturellement.

Vous y gagnerez en temps et – le plus important –  en aisance rédactionnelle !

 

 

 

 

« Organiser ses idées, structurer ses propos », sur Amazon.

 

Publié dans Conseil, Enjeux, Livre Marqué avec : , , , ,

exercice pour réussir la synthèse
décembre 9th, 2016 par JérômeDuez

Pratiquer la synthèse consiste à dégager d’une masse d’informations les points clés d’un sujet. Autrement dit, cela consiste à cadrer le sujet.

Plus le sujet est passionnant et plus l’exercice est difficile. Nous avons envie de tout décortiquer, nous faisons moins la différence entre l’essentiel et le superflu.

C’est comme mener un entretien avec un personnage admirable, nous voudrions pouvoir lui poser mille questions. Or, nous sommes limités par le temps et par le cadre du sujet.

Les points communs sont multiples, entre l’exercice de l’interview et celui de la synthèse. Pourtant, pour beaucoup de monde, réussir une interview s’avère plus facile.

Dans ce cas, facilitez-vous la tâche en rédigeant une synthèse comme vous mèneriez une interview !

Les conditions d’une bonne interview

Le succès d’une interview réside dans le choix limité des questions de départ et dans la technique d’écoute active de l’interviewer.

La préparation des questions :

Dans l’idéal, pas plus de 3 questions ! Au-delà, le lecteur risque d’en apprendre plus sur l’interviewer que sur la personne interrogée. C’est pourquoi la préparation d’une bonne interview ne demande que quelques minutes de réflexion.

Pour le choix des questions, il en existe de deux sortes :

– Liées à la personne interrogée : « Qui êtes-vous ? », « Comment avez-vous eu l’idée de ce sujet ? », « Quels sont vos projets ? » ;

– Liées au sujet : « Comment définissez-vous le sujet ? », « Quelle est votre opinion sur le sujet ? », « Quel est l’objectif du sujet et qu’en attendez-vous ? ».

Quand l’interview porte sur le sujet sans s’attarder sur la personne, voici les trois principaux modèles de plan, pratiqués dans 95 % des cas :

  1. Le modèle chronologique (origine du sujet / le sujet aujourd’hui / perspectives à moyen terme). Ce modèle inspire naturellement les 3 questions : « À quand remonte le projet ? », « Où en est-il à présent ? », « Que préconisez-vous pour demain ? ».
  2. Le modèle « mal / remède » ou « problème / solution ». Les 3 questions sont des variations de ceci : « Quelle est l’ampleur du problème ? », « Quelle est la mise en œuvre pour y remédier ? », « La solution est-elle à la mesure du problème ? »
  3. Le modèle « mise en place d’une action / freins au bon déroulement ». Avec pour questions : « Quelle est l’action ? », « Quels sont les freins à l’action ? », « Quelles sont les chances de réussite ? ».

L’écoute active inspire les sous-parties du texte et son développement

En menant un entretien, il est important d’être concentré sur la qualité des propos recueillis, à savoir veiller aux points suivants :

– ne pas dévier du sujet ;

– la pertinence et l’intérêt des propos ;

– la clarté. Certains experts usent parfois de jargons et il est important de leur demander de traduire en termes compréhensibles par tous.

Il est aussi important de pratiquer l’écoute active, consistant à maintenir un dialogue et à manifester son intérêt pour le sujet, afin que l’interviewé s’exprime avec générosité.

L’écoute active est aussi appelée écoute bienveillante et sa fonction principale est d’établir un rapport de confiance rapide.

Si l’interviewer reste sagement assis, en disant parfois « oui » et en hochant la tête, l’autre ignore s’il est apprécié, s’il est compris, voire s’il est entendu ; et il finit par se taire ou par partir dans toutes les directions.

Par conséquent, l’écoute active est une forme de dialogue, qui consiste à rebondir sur les propos de l’autre, par différents moyens – une question subsidiaire ; une demande d’explication ; un regard interrogatif ; en reformulant ce qui a été dit pour vérifier que l’on a bien compris ; en défendant la position contraire pour inviter la personne interviewée à défendre son sujet avec plus de force ; etc. – pour aiguiller son discours.

La technique de l’interview adaptée à l’élaboration d’une note

Rappelons les 3 phases de l’interview, qui sont les mêmes pour construire une note de synthèse, une dissertation ou une note de problématique :

  1. les 3 questions de départ préparées avant l’interview sont, en termes de plan, les axes principaux de la note ;
  2. les points sur lesquels il faut veiller pour bien cadrer l’interview sont les mêmes points de vigilance pour cadrer sa rédaction ;
  3. les questions qui émergent spontanément à l’écoute de la personne interrogée s’intègrent parfaitement au sujet ; en termes de plan, ces questions mettent l’accent sur les axes secondaires.

Quand vous vous retrouvez devant un gros dossier qui sert de matière à votre synthèse, considérez-le comme un personnage et abordez-le avec vos trois questions principales. Elles vous aident à sélectionner correctement les documents intéressants.

Lors du survol des documents, demandez-vous s’ils répondent à ces questions, et si les réponses semblent complètes ou nécessiter un complément (une explication, un exemple ou un nouvel axe).

Quand vous rédigez un texte qui repose sur vos connaissances personnelles, vous devez vous poser les mêmes questions face à vos propres arguments.

Pour rédiger, certains s’isolent et pratiquent l’exercice au dictaphone, afin que la mise en situation d’interview soit complète. Ils sont à la fois interviewers et interviewés. C’est ainsi qu’ils dictent la quasi-intégralité de leur texte en un temps record.

N’oubliez jamais de vous faire une image précise de la personne ou du public à qui s’adresse le texte. Ce destinataire est dans une attente implicite de contenu ; tendez-lui un micro et il aura des questions à vous poser. Par conséquent, dans votre imagination, vous pouvez écouter ses questions, lesquelles vous indiquent les orientations de votre plan.

Moralité : l’écriture devient plus facile quand nous nous imaginons entourés !

 

Le contenu de ce billet est développé dans l’ouvrage « Organiser ses idées, structurer ses écrits« .

Un autre exercice pour développer votre esprit de synthèse : ICI.

Ce billet vous a plu ? Alors, partagez ou… Si vous aimez ce billet, faites un geste !

Publié dans Méthode Marqué avec : , , , ,

Les questions essentielles pour bien écrire
décembre 2nd, 2016 par JérômeDuez

Dès que vous allez devoir communiquer à l’oral ou à l’écrit, dans un contexte professionnel ou extra-professionnel, au moment où vous vous demandez « que dois-je dire ? », il convient de vous poser 3 questions.

Ces 3 questions sont des repères formidables, qui vont vous mettre en accord avec le destinataire/interlocuteur/public et en accord avec le sujet. Les voici :

1ère question : « À qui je m’adresse ? »

Cette question sert à cerner le profil de votre (vos) destinataire(s) ou de votre public.

Elle implique de répondre aux questions subsidiaires : « S’agit-il de mon supérieur, mon égal ou mon subordonné ? » ; et « Quel est son niveau de connaissance du sujet ? ». Si vous manquez de réponses à la dernière question, dans le doute, exprimez-vous comme si vous vous adressiez à un ignorant du sujet.

Lors du lancement d’un nouveau produit sur le marché, la question « à qui s’adresse ce produit ? » fait l’objet d’une étude marketing, parfois longue et coûteuse. Mais dans un contexte habituel d’écriture ou d’autres formes d’expression, quelques minutes de réflexion suffisent.

2ème question : « Qu’est-ce que mon destinataire veut savoir ? Et qu’a-t-il besoin de savoir ? »

La réponse est claire dans le cas où quelqu’un vous demande un écrit (rédaction d’une note, réponse à un courrier, etc.). Cette 2ème question correspond à l’étude de la commande.

Si ce n’est pas le cas, vous devez interroger la personne pour connaître ses attentes.

Dans le cas d’un écrit commercial (une brochure de présentation, une proposition commerciale, etc.), le rédacteur se réfère aux critères de la grille SONCAS, que connaît tout bon vendeur :

S comme Sécurité

O comme Orgueil

N comme Nouveauté

C comme Confort

A comme Argent

S comme Sympathie

Ces critères correspondent à nos motivations d’achat.

Par exemple, selon les individus, l’achat d’une voiture peut être motivé par son aspect économique (argent), son intérieur tout cuir (confort), sa puissance (orgueil), ses options à la pointe du progrès (nouveauté), la qualité de complicité du vendeur (sympathie), le système ABS, les airbags et le limiteur de vitesse (sécurité).

« Quel genre de voiture recherchez-vous ? », demande le vendeur. À travers sa réponse, le client exprime ses critères préférentiels. Ainsi, le vendeur peut orienter son discours commercial en fonction des attentes.

De même, hors du contexte commercial, il est recommandé de vous interroger sur les attentes de l’autre.

3ème question : « Qui suis-je, dans le cas présent ? »

Parfois, vous écrivez en votre nom propre, parfois au nom de votre service, parfois au nom de votre supérieur.

Quand vous écrivez en votre nom, vous pouvez décider de mettre en avant votre responsabilité (et vous imposez vos vues), ou votre expertise (et vous soumettez des propositions), ou votre part d’exécutant (et vous rapportez les informations et des propos d’autrui), etc.

De plus, selon les circonstances, vous choisissez de montrer un certain visage : sérieux pour sensibiliser votre auditoire sur un point délicat ; cool pour présenter les vœux de fin d’année ; autoritaire ou séducteur pour obtenir quelque chose, etc.

Soyez toujours attentifs à ces 3 questions

J’aime comparer l’écriture à la conduite automobile. Au moment d’apprendre à conduire, le débutant pense à tout, il se dit des choses comme « là je suis en 1ère, maintenant qu’est-ce que je fais ? Ah oui, je passe en 2de, sans oublier d’appuyer sur la pédale d’embrayage avec le pied droit…».

Avec un peu de pratique, il le fait sans y penser. En revanche, pour éviter tout accident ou sortie de route, il est sans cesse attentif à ce qui l’entoure et il modifie sa conduite selon qu’il roule en ville ou sur autoroute, sur chaussée sèche ou mouillée, etc.

L’écriture, c’est pareil. Vous devez suivre un plan, relativement simple. Au début vous vous interrogez : « Je viens de trouver ma phrase d’accroche ; et maintenant, qu’est-ce que j’écris ? Ah oui, je définis le sujet… »

Avec de la pratique, vous n’y pensez plus. En revanche, pour éviter les écarts de conduite, vous restez vigilant sur le contexte de votre communication, à savoir : ces 3 questions.

Ces 3 questions sont à la fois une sécurité et une première voie pour trouver le plan du texte :

  • La sécurité repose sur les questions 1 et 3, qui servent à ne pas dévier et tomber « hors contexte ». Au cas contraire, votre texte risque d’être à l’origine d’un conflit, au cours duquel votre destinataire demande d’un ton  énervé : « À qui croyez-vous vous adresser ? » et « Pour qui vous prenez-vous ? ».
  • Le plan repose en partie sur la question 2, qui vous évite de tomber dans le « hors sujet ». Quand nous savons ce que le destinataire veut et doit lire ou entendre, le contenu du texte va de soi.

Pensez-y toujours ! Elles vous sont indispensables, même quand vous connaissez votre sujet sur le bout des doigts. Car votre manière de vous exprimer varie constamment, selon le contexte, selon le destinataire et ses attentes, et selon la personne que vous êtes à l’instant et qui évolue sans cesse.

 

(Le contenu de ce billet est développé dans l’ouvrage « Organiser ses idées, structurer ses propos« .

Et si ce billet vous a plu, vous aimerez celui-là. Avant d’y jeter un regard, partagez !

Si vous aimez ce billet, faites un geste !

Publié dans Méthode Marqué avec : , , , ,