faites confiance aux trames commerciales
avril 18th, 2019 par JérômeDuez

Connaissez-vous le point commun entre Blanche-Neige, Star Wars, Le Seigneur des anneaux, Le Silence des agneaux, Spartacus, Le Parrain, Avatar, Il était une fois dans l’Ouest, Bienvenue chez les Ch’tis, et tant d’autres ?

Si vous n’avez pas la réponse, la voici :

Tous ces films à succès suivent la même trame narrative ! Oui, tous racontent la même histoire !

Une trame universelle

Cette histoire est la suivante :

« Il était une fois un garçon ou une fille qui démarrait avec pas grand-chose.

Ce personnage était animé par une quête formidable (épouser le prince charmant ; vaincre le méchant ; devenir Jedi ; réussir la mission…).

Pour atteindre l’objet de sa quête, notre personnage croise nombre d’obstacles et s’en tire grâce à des alliés.

Enfin, quand il atteint l’objet de sa quête, son aventure l’a transformé. »

Il peut exister d’autres trames dans les œuvres d’art (c’est même souhaitable, pour le maintien de notre richesse culturelle). Mais les œuvres les plus originales et novatrices, celles qui marquent l’histoire de l’art, sont rarement les plus commerciales. Si vous souhaitez créer une œuvre qui atteigne le grand public, suivez le storytelling que je viens de vous donner et n’en sortez pas !

Car le grand public est fainéant. Il n’aime pas trop ce qui « sort du cadre », parce que cela lui demande un effort de compréhension. Il préfère se trouver en terrain connu.

L’histoire que je viens de vous raconter fonctionne, parce que tout le monde la connaît. Et pour cause : elle existe depuis Homère ! Le public y retrouve ses repères, ses éléments de confort, et il reçoit avec plus de plaisir les éléments créatifs du film.

Le modèle Pixar

Les producteurs de cinéma n’aiment pas lire. Ils ne choisissent pas de financer un film à la lecture d’un scénario, ils le font à l’écoute d’un pitch de quelques secondes. Et, en ces quelques secondes, ils veulent retrouver la trame classique dont le public est familier.

Chez Pixar, la célèbre société de production de films d’animation rachetée par Disney, les producteurs sont extrêmement contraignants dans leur attente. En effet, ils exigent que le scénariste raconte son film en suivant précisément le canevas ci-dessous :

Il était une fois_____. Chaque jour, ______. Puis un jour, _______. Grâce à cela (ou à cause de cela) _______. C’est pourquoi ______. Jusqu’à ce qu’enfin_______.

Si le scénariste est incapable d’articuler son pitch sur ce modèle, son idée est rejetée, aussi géniale soit-elle. Alors, il a intérêt à raconter son film en remplissant les blancs comme on le lui demande.  

Deux exemples :

1.Pitch de « Nemo » [1]

Il était une fois un poisson veuf appelé Marin, qui se faisait beaucoup de souci pour son fils unique Nemo.

Chaque jour, Marin rappelle à Nemo que l’océan est plein de dangers et l’implore de ne pas nager au loin.

Puis un jour, par défi, Nemo ignore les mises en garde de son père et nage jusqu’à la pleine mer.

À cause de cela, il est capturé par un plongeur et se retrouve poisson d’aquarium chez un dentiste de Sydney.

C’est pourquoi Marin part en voyage pour retrouver Nemo, appelant à l’aide au passage les autres créatures de la mer.

Jusqu’à ce qu’enfin Marin et Nemo se retrouvent, repartent ensemble et découvrent que l’amour repose sur la confiance.

2. Pitch de « Organiser ses idées, structurer ses propos »

C’était un chef d’entreprise qui n’arrivait pas à se faire comprendre. Dès qu’il commençait à parler, son discours partait dans tous les sens.

Chaque jour, il se remettait en question et se corrigeait. Tantôt il en disait plus, tantôt il en disait moins, mais chaque fois les gens lui demandaient d’être plus clair. Son image en prenait un coup.

Puis un jour, alors qu’il perdait courage, un ami lui parle de mon livre « Organiser ses idées, Structurer ses propos », qui pourrait l’aider grandement ! Il est sceptique, mais il se dit qu’il n’a rien à perdre. Alors, il se procure le livre et il plonge dedans.

Grâce à cela, il acquiert des techniques pour structurer ses prises de parole. Et soudain, quand il parle, les gens l’écoutent avec intérêt !

C’est pourquoi il communique plus souvent, à l’attention de ses collaborateurs, et aussi sur Internet.

Jusqu’à ce qu’enfin, après avoir hissé au plus haut la motivation de ses équipes et doublé ses objectifs commerciaux, il apparaisse aux yeux de tous comme un communicant né.

Une trame pour inviter à la créativité

Pixar, renommée pour ses productions d’inventivité folle, impose un carcan à ses auteurs, dès l’étape du projet ! Cela n’a rien d’étonnant.

Car nous ne sommes pas dans un monde « tout créatif », pas plus que nous sommes dans un monde tout noir ou tout blanc. Nous sommes dans le monde du « en même temps » et du « l’un n’empêche pas l’autre ».

Ainsi, Pixar impose un plan précis à ses auteurs, ce qui n’empêche pas l’inventivité folle.

On ne peut pas monter un pur-sang sans l’avoir préalablement dressé. C’est pareil avec l’inventivité, elle a besoin qu’on lui tienne les rênes.

De plus, un plan imposé à l’auteur lui retire une épine du pied : quand il n’a plus de questions à se poser sur la trame narrative, il est plus libre de mettre son art et sa fantaisie dans les détails.

Car, le public a beau reculer devant les histoires qui sortent des sentiers battus, il attend tout de même d’une œuvre une certaine originalité dans la manière de raconter, que l’on appelle « la touche personnelle » ou « le grain de folie » de l’auteur.

Ce qui vaut pour le cinéma vaut pour nous

C’est la même chose dans la communication du quotidien. Un bon professionnel à une manière personnelle et incomparable de présenter sa solution.

Quand il est trop bon élève et qu’il suit de trop près le plan de son scénario commercial, il ne paraît pas authentique.

Mais quand il se montre inspiré par son sujet, il devient forcément créatif, et il sait placer sa touche personnelle dans sa présentation ; alors, on oublie sa technique et on perçoit la personne dans sa pleine authenticité.

Moralité : ne cherchez pas l’originalité dans votre plan, faites confiance à la trame qui fonctionne le mieux. Et réservez votre originalité au contenu.

Et si vous avez de la peine à insuffler de la créativité dans vos présentations, je peux vous y aider, à travers un programme de formation ou d’accompagnement personnalisé.


[1] L’exemple du film « Nemo » est cité par Daniel Pink dans « Vous êtes vendeur, le saviez-vous ? » (Pearson).


Pour en savoir plus sur le pitch, lisez : « 5 façons de réussir un pitch« 

Publié dans Méthode Marqué avec : , , ,

prenez rendez-vous avec vous
janvier 24th, 2019 par JérômeDuez

Certains de mes étudiants souffrent d’un manque de concentration flagrant. Je les vois en classe, démangés par le besoin de sortir leur portable pour consulter les messages. Quand ils travaillent sur l’ordinateur, il leur semble douloureux de ne pas ouvrir leur boîte mail ou de se priver d’une parenthèse sur YouTube.

D’ailleurs, ils le reconnaissent volontiers : ils disent appartenir à la « génération zapping, sms et réseaux sociaux », et avouent ne pas savoir se fixer sur une activité à la fois. Toutefois, ils ne sont pas conscients des conséquences néfastes de leur distraction. La conséquence la plus grave, la voici :

La personne trop distraite devient incapable d’entrer en contact avec elle-même. Donc, impossible d’aller au bout d’une réflexion sur un sujet qui la concerne de près. Impossible de penser, tout simplement, et de faire face à ses problèmes ou à ses questionnements.

Si vous aussi, vous êtes victime d’une distraction proche de la dispersion, voici un exercice qui peut vous faire le plus grand bien.

Des rendez-vous pour vous recentrer

L’exercice est simple. Il consiste à écrire au réveil, au stylo, et à remplir trois pages d’un cahier, sans s’arrêter.

Pourquoi au réveil ? Pour mieux laisser parler votre subconscient. Vous êtes à la frontière entre les rêves et l’éveil. Ainsi, vous n’essayez pas de contrôler ce que vous écrivez, vous vous laissez surprendre par la production de votre esprit. Comme un simple spectateur, vous assistez à la magie créée par votre créativité innée.

Pourquoi au stylo ? Pour rendre l’exercice plus physique. Votre intelligence agit plus complètement quand une partie de votre corps participe à la réflexion. Votre écriture est plus sensuelle, plus lente et silencieuse qu’avec un clavier ; ainsi, le terrain est plus propice à la créativité.

Pourquoi trois pages ? Parce que passé la première page, vous perdez la sensation d’effort. Notez que je ne vous impose pas le format du cahier. L’important est de pouvoir tourner la page et enchaîner tout de suite. Voyez la beauté symbolique du geste : tourner la page et aller de l’avant !

Pourquoi sans s’arrêter ? Parce qu’en écrivant de la sorte, vous notez forcément des choses sans intérêt. Et c’est très bien, car cela vous entraîne à ne pas vous juger. En effet, il est capital de ne pas viser la belle écriture ou les propos toujours intéressants. En ne vous jugeant pas, vous ne vous censurez pas ; et sans autocensure, vous vous autorisez le luxe de vous exprimer sans entrave. Il ne peut qu’en sortir de bonnes choses, à certains moments.

Les récompenses de vos rendez-vous

En écrivant tous les matins, vous allez vous créer un espace intime de grand confort, et obtenir des rendez-vous de qualité avec vous-même.

Cet espace sera incomparable pour laisser s’exprimer ce qui vous tient à cœur.

Vous y gagnerez beaucoup d’avantages et vous allez vous en rendre compte très vite (dès les 10 premiers jours, je vous le garantis !).

Principal avantage : le fait d’écrire au réveil va vous libérer l’esprit dans la journée. En notant vos idées parasites, vous vous en débarrasserez. Ce faisant, vous serez plus serein et vous gagnerez en concentration.

Et, cerise sur le gâteau, vous allez faire émerger de nouvelles idées relatives à ce qui compte le plus pour vous : votre métier, vos activités extraprofessionnelles, votre vie privée. Vous saurez mieux quelle direction prendre, vous serez plus confiant en vos propres choix.

Comment vous y prendre ?

Achetez un cahier et un stylo qui vous plaisent. Si vous pouvez vous faire plaisir à travers cet achat, c’est encore mieux !

Faites sonner le réveil un peu plus tôt, et écrivez au réveil. Je vous conseille de compter au minimum une demi-heure d’écriture. Une simple demi-heure pour améliorer votre qualité de vie, n’est-ce pas dérisoire ?

Écrivez tous les jours, et réservez-vous un jour pour ne pas écrire. Pliez-vous à cette discipline, au moins pendant 6 à 8 semaines. Plus tard, libre à vous de continuer au même rythme ou de ralentir la fréquence d’écriture. Mais au début, faites-le tous les jours (moins un) pour vous donner les moyens de réussir l’expérience.

Écrivez trois pages manuscrites, de préférence sans vous arrêter. Même si par moment vous n’avez rien à l’esprit, écrivez plusieurs fois « je n’ai rien qui me vient » ou « fait chier, cet exercice d’écriture ! ». D’autres mots plus intéressants finiront par émerger, par petites pépites.

Veillez à votre respiration et à votre position. Respirez de façon régulière, profonde et silencieuse.(1) Évitez les tensions corporelles. Sentez votre main qui tient le stylo glisser sur le papier, soyez conscient de ce contact sensuel.

Accueillez votre écriture avec bienveillance. Surtout, veillez à ne pas vous juger. Laissez-vous aller à écrire des choses ridicules ou apparemment médiocres. Ne vous interdisez aucun mot. Il est normal de ne pas formuler de phrases géniales tous les jours. Ne vous en voulez jamais pour cela.

Ne montrez à personne le contenu de votre cahier. Vu que vous ne vous jugez pas, ne laissez à personne le droit de juger vos pages du matin.

Ne relisez pas ce cahier souvent. Certains ne le relisent jamais. Au moins, efforcez-vous de ne rien relire pendant les 4 premières semaines. Car l’important n’est pas tant le contenu de ces pages, que les bienfaits que cela va provoquer dans la journée.

Observez les résultats de cette expérience dans votre quotidien. À la fin de chaque semaine, écrivez un mini compte rendu de votre semaine : notez ce que cette nouvelle pratique d’écriture vous a apporté et les changements que cela a pu déclencher dans votre vie. Même si vous avez l’impression que cela n’a rien changé les 2-3 premières semaines, notez-le. Même quand des choses se sont produites, qui vous semblent sans rapport avec votre nouvelle pratique, notez-le. Et quand vous reconnaissez qu’une sorte de magie se produit dans votre vie grâce à votre écriture, notez-le !

…Ainsi, vous parviendrez à vous recentrer. Et vous insufflerez de la créativité dans tous les domaines de votre vie !

(1) Dans le livret « Osez l’écriture !« , vous trouverez des exercices pour vous entraîner à respirer sereinement. Il est gratuit et vous pouvez le télécharger sans laisser votre adresse mail en échange.

Lisez cet autre conseil de développement personnel : « Du coup », oui ça fait mal !

Publié dans Enjeux, Méthode Marqué avec : , , ,