L’addict-attitude, toujours d’actualité en 2020 ?

Photo médicament pour addict

Fédération Addiction rassemble des professionnels qui soignent les victimes de certaines formes d’addiction. Elle a choisi un nom approprié. En revanche, que penser du nom de ce site pour les passionnés de lecture, Livraddict ? Ou de Publi-addict qui propose de monnayer vos données personnelles ? Tapez “addict” dans Google : il y en a des pages ! Petits Pois Addict, Addict Immobilier, Addict Galerie, We are Addict, Guitars Addicts, Coiffure Addict, Data Addict, Loulou Addict… L’addiction n’est plus une maladie, c’est un motif de fierté !

Incontournable, l’addict attitude ?

Rendre addict serait-il devenu une qualité ? En tout cas, c’est vendeur ! Chefs d’entreprises, adoptez la dealer attitude ! Et toi public, toi qui t’avoues volontiers addict à telle série, à ton portable, aux films d’horreur, à ton travail, à tes loisirs, épouse donc la junky attitude !

Remarquez : de tout temps, le vocabulaire choisi pour caractériser nos engouements a suivi une orientation malsaine.

Par exemple,  on dit “j’adooore !!!” ; or, tomber en adoration est une attitude de fanatique frôlant l’hystérie – mais ça nous plaît toujours en 2019 !

Pour ma part, j’avoue être sensible à la notion de “passion”, laquelle est souvent dévorante. Je me dis passionné d’écriture. Ado, je me prétendais “carrément fou” ou “totalement dingue” de cinéma et de littérature.

Un lien existe entre le choix lexical et la vérité profonde qu’il trahit, je ne crois pas au hasard en la matière. Derrière l’addiction, il y a l’idée que nous ne sommes plus maîtres de nous, que nous sommes dépendants à un truc plus fort que nous.

Et il y a l’idée de poison. À petite dose, beaucoup de produits sont des bienfaits, tandis qu’à dose addictive, certains deviennent mortels… D’ailleurs, le mot « mortel » ne sert-il pas à qualifier quelque chose d’excellent ?

Pourquoi pas Addict Formation ?

Si j’avais eu l’audace de baptiser mon activité « Addict Formation », j’aurais été en contradiction avec mon ambition de formateur. Car la formation est une invitation à l’indépendance (une fois que vous avez appris à faire, vous ne dépendez plus de ceux qui savent).

Avant de former les autres, j’ai plaisir à me former moi-même, car cela me hisse vers le haut et je ne m’en lasse pas. Mais cette absence de lassitude ne me domine pas à la manière d’une drogue.

Parfois, au moment où me tombent dessus certaines révélations, je peux sentir une montée d’adrénaline, un certain vertige, comme lorsqu’on atteint un sommet ; mais je n’entame pas une formation dans l’attente de ce type de sensation forte, laquelle ne se produit que trop rarement.

De plus, mon goût pour l’élévation a beau être prononcé, je prends  plaisir à marquer des pauses régulièrement. Parfois, des pauses de plusieurs semaines ! Comprenez qu’il m’est impossible de me hisser 24h/24 !

Se former tout au long de la vie demande des efforts qui ne répondent pas à un besoin compulsif. Il est donc possible d’apprécier, voire d’aimer très fort quelque chose, sans être condamné à l’addiction.

En finir avec l’addict-culture ?

Pourquoi associer des mots toxiques à notre consommation de biens culturels ? Cela traduit-il un désir d’autodestruction par overdose ? Ou une volonté de dénoncer la nocivité de nos loisirs et leur pouvoir d’abrutissement ? Ou un appel au secours, un besoin d’être soigné ? Pour l’heure, je n’ai pas la réponse.

L’addict-culture va-t-elle rester longtemps politiquement correcte ? Ici, j’ose me prononcer : je vous prédis le contraire ! L’addict-attitude a démarré dans les années 80, avec l’ultralibéralisme, la culture du productivisme et du consumérisme. Or, l’époque à changé, l’heure n’est plus à ces excès, nous sommes tournés vers le raisonné.

Si je comprends bien le terme “raisonné”, nous serions tenus d’emprunter la voie de la raison… Pour beaucoup, ce sera une première !

Et j’en entends s’écrier : Super ! Allons-y ! Demain, le monde sera plus sain !

Mais il faut bien l’avouer, nous sommes pauvres en vocabulaire adapté à ce nouveau mouvement. Si l’on nommait nos entreprises Petits Pois Raisonnés, Raison Immobilier, Raison Galerie, We are Reasoned, Guitars Raisonnées, Raison Coiffure, Data Raison ou Loulou Raison, cela sonnerait nettement moins bien qu’avec Addict.

Avez-vous des mots sexy à proposer, pour insuffler de la séduction à une attitude raisonnée ?

***

Ces deux articles soulignent le lien entre d’autres expressions toxiques et leurs conséquences sur notre attitude :

septembre 25th, 2019 par